Road trip dans le Nord Ouest Argentin


Nous passons la frontière bolivienne direction le Nord-Ouest de l’Argentine où Elodie et Nicolas, un couple d’amis, nous attendent. Ils ont abandonné le manteau en France pour trouver l’été austral en Argentine. Nous sommes super contents de les retrouver et qu’ils partagent un bout de chemin avec nous pendant 2 semaines !



Nous profitons de leur venue pour louer une voiture et découvrir les vastes étendues du Nord-Ouest du pays. 1er stop : la Quebrada de Humahuaca classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, avec ses canyons rouges brique et ses montagnes aux 14 couleurs allant du rouge, vert, marron, jaune au gris. Ces paysages grandioses nous rappellent la région du Sud Lipez en Bolivie que nous venons de quitter. Nous poursuivons notre route jusqu’au désert de sel Salinas Grandes où Elodie et Nicolas remplacent Dusty pour une séance photos insolites.

























Nous empruntons la route 40 qui traverse tout le pays du Nord au Sud sur 5 000 km, et nous descendons progressivement la vallée jusqu’à Salta, en faisant halte aux villages de Humahuaca, Tilcara et Purmamarca. Ce qui nous marque le plus les premiers jours, outre ces superbes paysages qui défilent sous nos yeux, c’est le retour du confort, des bonnes choses et l’accueil chaleureux des Argentins. Au Pérou et en Bolivie, il n’y avait pas de notion de confort, les choses étaient utiles, pratico-pratiques mais jamais confortables. On goûte nos premières empanadas (petits chaussons farcis de viande, légumes, ou fromage, typiques d’Argentine) accompagnées d’un bon verre de vin, le tout en bonne compagnie… que du plaisir !



Au sud de Salta, nous découvrons des paysages de far west avec la terre rouge vif de la Quebrada de las Conchas et un amphithéâtre naturel où nous avons la chance d’écouter une artiste qui se produit au festival de San Carlos non loin de là. A Cafayate, nous dégustons, sur fond de charango, les cépages argentins Malbec et Torrentes qui n’existent pas chez nous.































Le lendemain, changement de décor dans les vallées Calchaquies au milieu de paysages arides et secs, sur des pistes poussiéreuses où nous surprenons des gauchos, les gardiens de troupeaux, qui attrapent au lasso des vaches pour les marquer au fer.

Nous parcourons ensuite le parc national de Los Cardones (ce qui signifie « cactus »), où se dressent des milliers de cactus candélabres sur un haut plateau et où l’on peut encore voir la recta Tin Tin, une ancienne route toute droite de 14 km, tracée par les Incas. Sur la route, nous rencontrons des guanacos, le 4ème camélidé d’Amérique du Sud qui est sauvage et ressemble à un mélange entre lama et vigogne.






























Pour la seconde semaine, nous faisons un saut de puce de 1 200 km en bus de nuit pour arriver à Mendoza qui sera notre point de départ pour une autre boucle en voiture. Nous visitons le parc national de Talampaya et le parc provincial Ischigualasto, appelé aussi Vallée de la Lune, tous deux classés au Patrimoine Mondial de l’UNESCO car c’est le seul endroit au monde où les 7 couchees géologiques du Trias affleurent.







































La présence de nombreux fossiles de reptiles mammaliens, ancêtres des dinosaures et des crocodiles, en fait des sites remarquables pour les recherches paléontologiques. Il y a plus de 200 millions d’années, ces lieux étaient soumis à un climat semi-aride avec de fortes pluies provoquant de rapides inondations et prenant au piège ces animaux. Recouverts de boue ou de sable, leur squelette était à l'abri des charognards, des intempéries et de l'air. Une fois enfouis sous les sédiments, l’eau souterraine riche en minéraux s’infiltre dans les pores des os qui subissent une transformation chimique pour se changer en pierre : c’est la fossilisation. Puis, les mouvements géologiques et l’érosion du sol font affleurer les fossiles qui peuvent être découverts par les paléontologues.















Aujourd’hui, dans ces deux parcs, ce ne sont pas les ancêtres des dinosaures que nous avons la chance d'observer mais des quantités de perruches, des maras de Patagonie (rongeurs sauvages qui ressemblent à de gros lièvres), des renards gris et des guanacos.






























Nous passons la nuit dans une ferme auberge et nous assistons à la tonte des lamas qui a lieu une fois par an. Les fermiers les attrapent au lasso, avec plus ou moins de réussite cette fois. Le lama, couché au sol, les pattes attachées, n’apprécie guère, crache de la salive verte et régurgite de l’herbe. En revanche, le voir retourner parmi ses congénères est vraiment marrant car ils n’ont pas l’air de le reconnaître, s’attroupant autour de lui pour le sentir, alors que lui semble se pavaner, faisant le beau avec sa nouvelle coupe !



Enfin, nous terminons notre périple au parc provincial de l’Aconcagua, le plus haut sommet des Amériques avec ses 6 962 m et plus haut sommet du monde derrière les pics de l’Himalaya. C’est notre dernière balade avec Elodie et Nicolas...

















Avec plus de 2 500 km au compteur en 2 semaines et des paysages grandioses plein les yeux, Elodie et Nicolas nous quittent pour repartir en France, alors que nous poursuivons notre chemin vers le Sud pour notre 1er wwoofing en Argentine.




Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2017/2018 par Cap Volon'Terre. Créé avec Wix.com