April 29, 2019

January 28, 2019

August 26, 2018

Please reload

Posts Récents

Donner du sens au travail

June 11, 2019

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

Les hommes de la forêt en danger

August 1, 2018

 
Nos 3 dernières semaines nous amènent en Indonésie, un pays de 280 millions d’habitants, constitué de plus de 13 000 îles. Lauriane, ma petite sœur, avec son bac tout frais en poche, nous retrouve au parc national Gunung Leuser, au Nord de l’île de Sumatra.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est le refuge des derniers orang-outangs de Sumatra, espèce en voie d’extinction et estimée à moins de 5 000 individus. Ce grand singe roux partage 98% de son génome avec l’homme, et son nom signifie littéralement « homme de la forêt » en malais. Malheureusement, notre société consumériste privilégie le profit à la vie, et le parc national est aujourd’hui amputé d’un tiers de sa superficie par les coupes illégales de bois et les plantations de palmiers à huile. Dans ce qui reste du parc, pendant 2 jours de trek, nous ne verrons que des individus semi-sauvages, arrachés aux braconniers ou aux acheteurs d’animaux exotiques, et réintroduits dans la jungle par le WWF. Nous pouvons tous agir au quotidien, en boycottant le bois exotique non certifié et les produits contenant de l’huile de palme comme le Nutella, les biscuits Granola et autres Kinder. Consommer de façon responsable au quotidien, c’est donné un peu de sursis aux « hommes de la forêt » et à toutes les autres espèces qui peuplent la jungle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour la suite, nous apprenons qu’il est possible de se balader à dos d’éléphants dans un village proche, mais nous évitons ce type d’excursion. En effet, en 2009, nous avions réalisé un trek dans la jungle thaïlandaise dont une partie à dos de pachyderme. Depuis, de nombreuses ONG ont mis en lumière la maltraitance des éléphanteaux qui sont arrachés à leur mère très tôt et soumis au « phajaan ». Il s’agit d’une méthode de dressage usant de mauvais traitements et de châtiments corporels afin de les rendre dociles et qu’ils obéissent à l’homme. Aujourd’hui, sachant cela, point de balade à dos d’éléphant car nous ne voulons surtout pas cautionner et encourager ce type de pratique.

 

Nous nous rendons donc à Medan, la plus grande ville de Sumatra et 3ème ville du pays. Nous y découvrons sa grande mosquée, son palais royal, des fruits exotiques surprenants tel le fruit du serpent, mais aussi les nombreux problèmes de pollution que peut rencontrer une ville indonésienne de 5 millions d’habitants. Les déchets qui jonchent le sol et obstruent les caniveaux nous rappellent tristement les villes péruviennes.

 

 

 

Finies les vacances pour Lauriane et direction le Raja Ampat pour nous, un archipel de la Papouasie Occidentale. Ici, l’association AUHLKRA a créé un site web proposant des éco-hébergements chez l’habitant. Nous rencontrons Christian, membre d’AUHLKRA et lauréat du Prix Équateur 2017 organisé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD). Ce prix félicite les réalisations des communautés locales proposant des solutions novatrices pour faire face à la pauvreté et aux défis environnementaux. AUHLKRA démontre qu’il est possible de développer l’économie locale tout en améliorant le bien-être de la communauté et en conservant les écosystèmes fragiles. Cet écotourisme est une alternative durable au tourisme de masse et à l’hôtellerie de luxe.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est dans ce cadre que nous découvrons la richesse de cet archipel, à la croisée des océans Indien et Pacifique. Que ce soit en snorkeling ou en plongée bouteille, nous sommes émerveillés par l’abondance et les couleurs des coraux durs, mous et des myriades de poissons. Et quand on sort de l’eau, des chauves-souris et des oiseaux de paradis aux couleurs éclatantes volent au-dessus de nos têtes.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Nous terminons notre séjour au Raja Ampat et notre long voyage sur une note d’espoir avec ce bel exemple d’entreprenariat communautaire qui contribue à protéger une nature riche et préservée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur les ravages de la culture des palmiers à huile sur l’habitat des orang-outans de Sumatra : www.greenpeace.fr/deforestation-jour-25-orangs-outans-disparaissent

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Retrouvez-nous
Rechercher par Tags
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

© 2017/2018 par Cap Volon'Terre. Créé avec Wix.com